La promenade du Minou (étape 7) : Le mur de l’Atlantique

Photo : 3 des vestiges (dans les rectangles rouges) du mur de l’Atlantique au Minou. Carte postale datant d’après la libération et d’avant 1961, Gaby, source : collection René Le Verge.

Durant la seconde guerre mondiale, l’armée allemande bétonne et arme le littoral. De la Norvège à l’Espagne, l’organisation Todt, un groupe de génie civil et militaire du Troisième Reich, érigera un ensemble défensif le long des côtes de l’Atlantique, de la Manche et de la Mer du Nord. Cet ouvrage gigantesque devra empêcher le débarquement des forces alliées. Le Minou est une brique de ce mur.

Carte : Aperçu de la promenade du Minou. Vous êtes à l’étape 7. Cliquez sur l’icône ⊕ pour vous géolocaliser.

During World War II, the German army concreted and armed the coastline. From Norway to Spain, the Todt Organization, a civil and military engineering group of the Third Reich, will erect a defensive system along the coasts of the Atlantic, the English Channel and the North Sea. This gigantic work will have to prevent the landing of Allied forces. The Minou is a brick in this wall.

E-pad an eil brezel-bed e voe betonet hag armet an arvor gant an arme alaman. Eus Norvegia da Spagn, an aozadur Todt, ur strollad ijinerezh sivil ha milourel eus an Trede Reich, a savas un hollad difenn a-hed aodoù ar Meurvor Atlantel, Mor Breizh ha Mor an Norzh. Rankout a raio ar savadur ramzel-se mirout ouzh an nerzhioù kevredet da zilestrañ. Ar Minou zo ur brikenn eus ar voger-mañ.

Pour en savoir plus sur le mur de l’Atlantique

Carte : Le mur de l’Atlantique (en jaune), long de 2685 km. Source : Uberstroker, licence Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported.

Le mur de l’Atlantique sera composé de centaines de blockhaus abritant de l’artillerie, des obstructions de plages et de mines qui devront sécuriser la zone envahie. L’organisation Todt, y déploiera d’énormes moyens humains et matériels.

L’envahisseur installera son poste de commandement de l’artillerie côtière brestoise (codé MAA 262) dans le fort du Minou. Un poste d’observation en béton y surveillera l’entrée du goulet. La plage sera barrée par des « portes belges » en acier, couvertes par une mitrailleuse située dans le fort.

Photo : Les « portes belges » en haut de la plage du Minou. Source : collection René Le Verge.

Le long de la route qui remonte du fort, deux casemates de type Re 671 abriteront deux canons de 88 mm et un poste d’observation qui défendront le passage des navires. Ces blockhaus étaient normalisés par des plans types. Cela permettait une organisation optimale pour la construction et pour l’efficacité de l’ouvrage.

Des champs de mines, des barbelés et des postes de mitrailleuses assureront la défense du fort.

Promenade du Minou