La promenade du Minou (étape 8) : Le goulet, un verrou de protection pour le port de Brest

Photo : Batterie du sémaphore, fin du 19e siècle, source : collection privée

“Le goulet est à Brest ce que le détroit des Dardanelles est à Constantinople”

Sébastien Le Prestre de Vauban (1633 – 1707), ingénieur, architecte militaire, urbaniste, hydraulicien et essayiste français

Le goulet, d’une une largeur minimale de 1500 mètres, est le seul accès maritime de la rade de Brest. Il a toujours été un élément crucial de la défense de son port. Les différents ingénieurs militaires qui se sont succédés au fil des siècles ont bien compris l’intérêt de construire des fortifications sur les points stratégiques de ses deux rives. L’objectif étant de rendre impossible le franchissement du goulet par une flotte ennemie.

Carte : Aperçu de la promenade du Minou. Vous êtes à l’étape 8. Cliquez sur l’icône ⊕ pour vous géolocaliser.

The strait (goulet), with a minimum width of 1,500 meters, is the only sea access to the Brest harbor. It has always been a crucial element in the defense of its port. The various military engineers who have succeeded each other over the centuries have fully understood the importance of building fortifications on the strategic points of its two banks. The aim was to make it impossible for an enemy fleet to pass through the strait.

Ar mulgul, 1500 metr ledander d’an nebeutañ, eo an doare nemetañ da vont tre e morlenn Brest dre ar mor. A-viskoazh eo bet un elfenn a bouez evit difenn he forzh. An ijinourien vrezel a oa bet lerc’h-ouzh-lerc’h a-hed ar c’hantvedoù o doa komprenet mat pegen talvoudus e oa sevel moger war ar c’hrafoù strategel war an daou du. Ar pal a oa ma vefe dibosubl d’ur flodad enebourien da vont dreist ar mulgul.

Pour en savoir plus sur le goulet

Le goulet, long de 6000 mètres et large de 1500 mètres, est un bras de mer qui relie la rade de Brest à l’océan Atlantique. Il est séparé en son milieu par le plateau des fillettes, ce qui avec le fort courant qui le traverse rend sa navigation délicate.

Carte : Le goulet et de la rade de Brest, Belin JN (1703/1772), source gallica.bnf.fr / BnF 
Carte : Les batteries du goulet, 1695, source gallica.bnf.fr / BnF 

Du XVIIe au XXe siècle le goulet de Brest a représenté un véritable verrou, protégeant le port et les activités maritimes stratégiques contre les multiples menaces qui ont marqué ces périodes historiques.

Au XVIIe siècle, Vauban, célèbre ingénieur militaire, a conçu des fortifications sur les deux rives du goulet pour protéger le port militaire des menaces ennemies. Ces structures défensives, comme les batteries ou les forts du Minou, du Mengant ou du Nevent au Nord, et ceux des Capucins, de Cornouailles et des Espagnols au Sud, formaient une ligne infranchissable, consolidant ainsi la position stratégique du port.

Au cours des conflits ultérieurs, le goulet a maintenu son importance cruciale.

Au XIXe siècle, pour faire face à de nouvelles menaces militaires, l’armée décide d’adapter l’armement de ses forts sur le goulet et de construire un nouvel ensemble défensif doté d’une puissance de feu impressionnante. Sur le seul littoral du Minou ce sont ainsi une vingtaine de nouveaux canons qui sont installés dont 6 de gros calibre.

Photo : Batterie de 100 mm défendant le goulet, fin du 19e siècle, source : collection privée

Durant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands construisent au Minou un poste de commandement d’artillerie et renforcent ainsi les défenses côtières pour protéger la base sous-marine et le port militaire de Brest.

Pendant la Guerre Froide, la présence navale française et les sous-marins nucléaires ont transformé le goulet en un élément essentiel de la dissuasion.

Promenade du Minou