Les exercices de tir et les bagou Minou* ne font pas toujours bon ménage

Le 18 septembre 1890, Monsieur De Livaudais, médecin à Daoulas et propriétaire d’une chaloupe faisant commerce de sable, écrit au journal « La Dépêche » :

« J’ai l’honneur de vous informer des faits suivants : Une chaloupe m’appartenant, faisant le commerce du sable, n° 222, patron Bernicot, montée par trois hommes et un mousse, se trouvait mardi, vers dix heures du matin, sous le fort du Minou, au milieu d’une dizaine d’autres chaloupes occupées à draguer du sable.

(suite…)

Continuer la lecture Les exercices de tir et les bagou Minou* ne font pas toujours bon ménage