You are currently viewing Making-of d’une visite panoramique à 360°

Making-of d’une visite panoramique à 360°

La publication d’une nouvelle visite panoramique virtuelle des Vigies du Minou est à chaque fois un grand moment. Ces visites sont des plongées au coeur de lieux exceptionnels, souvent fermés au public (comme le phare du Petit-Minou), ou alors d’accès un peu compliqué, voire périlleux. Dès à présent nous pensons qu’il est important de mentionner que nous disposons bien évidemment de l’autorisation des propriétaires de ces lieux pour créer ces visites virtuelles.

Cet article ambitionne de vous présenter l’envers du décor, ou le making-of d’une visite panoramique. Vous découvrirez les logiciels et le matériel que nous utilisons pour ce travail, et, nous évoquerons les difficultés à réaliser ces visites. Les photos datent de notre visite panoramique du Bunker de Keranroux, où Ludovic Le Bras, alias Bunker BZH nous a pris en photo pendant notre travail. Pour ceux qui ne souhaitent pas lire trop de détails techniques, vous pouvez directement sauter aux coulisses de la fabrication d’une visite panoramique en cliquant ici.

Quelques logiciels

Commençons par le logiciel qui nous permet de capturer les scènes de notre visite panoramique à 360°. Nous utilisons un “smartphone” sous Android, équipé de l’application “Appareil Photo” de Google, qui permet de faire des “photo-sphères”, à partir d’un grand nombre de photos individuelles. Lorsque cette photo-sphère est projetée dans un plan, cela produit des images comme celle ci-dessous.

Photo-sphere projetée dans un plan, image de la lanterne du phare du Petit-Minou, du goulet (à l’arrière) et du fort du Petit-Minou (à gauche)

Le résultat recherché n’est évidemment pas celui-là, même si l’image plane a également son charme. En utilisant un logiciel adéquat, il est possible de projeter cette image dans une sphère, et de se positionner au centre de cette sphère pour découvrir le panorama comme si l’on y était. Différents logiciels permettent de faire cela, comme par exemple l’application “Google Photos“. Afin de partager l’expérience avec vous sur notre site, nous utilisons une excellente extension de WordPress qui s’appelle “IPanorama 360“. Un peu de bidouille plus tard (de nombreuses et longues heures en fait), et grâce à IPanorama 360 vous pouvez découvrir les lieux exceptionnels que nous avons visité pour vous.

Un peu de matériel élémentaire (trépied, spot lumineux), et surtout le bidule

Au niveau du matériel, en plus du smartphone dont on parlait un peu plus haut, il nous faut un trépied d’appareil photo, un dispositif de fixation du smartphone de notre fabrication (que nous appelons “le bidule” et dont nous reparlerons dans quelques lignes), et un spot lumineux portable et puissant. Le trépied nous sert à garder l’appareil photo bien stable pendant les prises de vues. Comme vous pouvez l’imaginer, dans le sous-sol du fort du Minou, il n’y a plus d’électricité, et les conditions de lumière sont donc très compliquées. Le trépied nous permet de faire des prises de vue de bonne qualité, tout en évitant de laisser tomber le téléphone, par mégarde dans les 20cm d’eau de la batterie de rupture, par exemple. Le spot est un spot à led, alimenté par batterie, et qui nous permet d’avoir une autonomie d’environ 2h. Il a une puissance d’environ 3000 lumens, ce qui permet d’éclairer une très grande pièce de manière suffisante pour nos photos. Le bidule que nous évoquions il y a quelques lignes (et que vous pouvez découvrir sur la photo suivante) est un élément en bois que nous avons fabriqué, et qui nous permet de fixer le téléphone au trépied, tout en nous permettant de le pivoter autour de 2 axes qui passent par la lentille de prise de vue.

Bidule de fixation du smartphone sur le trépied

Le système de pivotage du smartphone autour de la lentille de l’appareil photo est illustré sur les 3 photos suivantes.

Le bidule a comme grand avantage de minimiser les erreurs dans la création du panorama final. En effet, une photo panoramique est composée d’une multitude de photos individuelles, que le logiciel du smartphone va aligner correctement et coller ensemble. Afin d’éviter trop de soucis lors de cette reconstruction, il est important de ne pivoter le smartphone qu’autour de la lentille de son appareil photo.

La construction du panorama à partir de photos individuelles a un gros avantage par rapport à une capture avec un appareil qui réaliserait ce panorama en une fois. En effet, lorsque l’endroit à photographier est dans le noir (ce qui était le cas pour le Bunker de Keranroux et la batterie de rupture du Minou), nous pouvons éclairer chaque photo individuellement avec notre spot (comme vous le verrez d’ici quelques lignes), et nous n’avons pas besoin d’installer un dispositif qui éclaire toute la pièce en une fois (plusieurs spots, ou des lampes d’ambiance très puissantes).

Maintenant que nous vous avons dévoilé les secrets du matériel et des logiciels utilisés, passons aux coulisses d’une séance de capture de photos.

Les préparatifs

Le travail démarre en général en amont, avec une phase de documentation de l’endroit à photographier. Cela nous permet d’imaginer le nombre de prises de vue que nous allons devoir faire, et de planifier grossièrement les différents endroits où nous allons installer le trépied. Comme déjà mentionné plus tôt, des imprévus ou des découvertes sur le lieu des prises de vue peuvent nous amener à changer le plan initial.

Une fois arrivés sur place, nous repérons d’abord les lieux, afin de valider notre plan de travail, ou pour le modifier si nous l’estimons utile. Comme on peut le constater sur les photos suivantes, prises lors du travail sur le Bunker de Keranroux, cette phase donne souvent lieu à pas mal de discussions et d’essais avant que le groupe ne converge.

C’est parti pour les prises de vues

Une fois les repérages terminés, les vraies prises de vues peuvent démarrer. A chaque endroit où une capture doit être faite, il est crucial d’installer le téléphone bien horizontalement. Comme on peut le voir sur les photos suivantes, toujours dans le bunker, grâce à différents réglages sur le trépied, nous installons le téléphone le plus horizontalement possible, et ce dans toutes les directions de prise de vue (ce qui n’est pas une tâche évidente).

Une fois le logiciel de capture lancé sur le smartphone, pour chaque panorama, une bonne vingtaine de prises de vues doivent être effectuées. Comme on peut le constater dans les photos suivantes, il est important de “suivre” le smartphone avec le spot, afin que la zone photographiée soit bien éclairée (surtout lorsqu’aucune lumière naturelle ou artificielle ne permet d’éclairer le lieu).

Vérification du travail et des détails

Une fois une capture terminée, il est important de vérifier le résultat final sur le téléphone, afin de pouvoir faire d’autres essais si le résultat n’est pas satisfaisant. La photo ci-dessous illustre cette étape, où nous agrandissons l’image finale aux endroits délicats, comme par exemple les points de jonction entre plusieurs photos.

Comme on peut le voir sur la photo suivante pour une fresque allemande du bunker, certains détails importants sont photographiés de manière très méticuleuse, afin que le résultat final soit le plus fidèle possible à la réalité.

Nous redoublons d’effort pour les détails importants

Pour illustrer les différentes étapes que nous venons d’évoquer, nous vous proposons une petite vidéo de la “fabrication” d’une image panoramique. Vous constaterez que cela nécessite une certaine concentration et beaucoup de synchronisation entre le porteur du spot et la personne qui manipule le téléphone.

Travail de capture … on dirait presque de la nage synchronisée

Le tout avec beaucoup de sérieux, sans oublier les rigolades

Dans le cas du bunker de Keranroux, les Vigies du Minou ont appris énormément de choses sur les bunkers allemands grâce à Ludovic Le Bras, et ce dernier a découvert une activité (les prises de vues panoramiques) dont il n’avait pas imaginé la complexité. Le tout bien évidemment dans une ambiance très conviviale.

En ce début d’année 2022 d’autres projets de visites panoramiques virtuelles sont dans nos tuyaux. Des lieux connus, et d’autres moins connus. Toujours avec l’autorisation du propriétaire des lieux bien évidemment. Pensez donc à venir régulièrement nous rendre visite sur notre site internet pour découvrir les nouveautés.

Remerciements

Tout d’abord merci à M. Pierre-Jean Steunou, principal du collège “La Fontaine Margot” de Keranroux à Brest, de nous avoir autorisé à faire cette visite guidée virtuelle dans le bunker, qui se situe sous le collège.

Et ensuite un grand merci à Ludovic pour son photo-reportage, qui nous a permis d’alimenter ce making-of.

Cette publication a un commentaire

  1. DISARBOIS Bruno

    beau travail de passionnés ! Bravo les gars !

Laisser un commentaire